L’allaitement : une belle aventure (La suite !)

Après vous avoir parlé du choix très personnel de l’allaitement (ou non …) et des premiers jours aux premiers mois de la mise en place de cette relation avec votre petit ange, on s’attardera plus sur deux points qui restent encore malheureusement difficiles dans notre société à l’heure actuelle … 

 

Commençons par le premier tout d’abord :

L’allaitement « en public » : 

Bien sûr en utilisant le terme « en public », cela veut simplement dire qu’allaiter ne peut pas toujours rimer avec « se cacher » ! car bébé peut réclamer n’importe où, à n’importe quelle heure (allaitement à la demande …) et à moins de le laisser pleurer / hurler à tue-tête et de passer pour une mauvaise mère, il va bien falloir qu’on lui donne à ce p’tit bout !

Alors bien sûr on essaie de le faire le plus discrètement possible (les vêtements et soutiens-gorge des gammes spécifiques « allaitement » sont d’ailleurs bien conçus pour cela …) et de se mettre dans un endroit un peu plus « au calme » (sans pour autant non plus vouloir se couper du monde pour faire une chose somme toute des plus banales : allaiter son enfant !)

On est confronté assez rapidement à ce problème, ne serait-ce que lorsque l’on a des visites à la maison en sortant de la maternité (que ce soit de la famille ou pas …) Comment éviter de ne pas allaiter devant ces personnes qui viennent faire connaissance avec p’tit bout ?

Là on peut rencontrer plusieurs personnes :

  • celles qui comprennent bien pour avoir déjà allaité ou y être sensibilisé / peuvent nous faire partager leur expérience,
  • celles (et ceux) qui fuiraient plutôt s’ils le pouvaient ou s’éloignent, comme si c’était malsain de nourrir son enfant (et malheureusement pour ma part, c’est plutôt ce deuxième cas de figure auquel j’ai été confronté …)

Seule solution : s’éloigner, voire se mettre dans une autre pièce lors des tétées pour garder ces moments privilégiés avec bébé « pour nous » et que ces ondes / pensées négatives ne viennent pas tout gâcher !

On peut quand même trouver cela malheureux qu’au XXI ème siècle, le regard des autres soit toujours plus que réprobateur face à l’allaitement et que cela « dérange » autant … alors qu’au temps de nos grands-parents / parents, on ne se posait pas autant de questions, que c’était « normal » !

Cette « transition » permet de passer au deuxième « point noir » que je voulais absolument aborder et faire part de mon expérience car là aussi, les jugements vont bon train …

Choisir de continuer l’allaitement exclusif en reprenant le travail : 

OUI, il est possible de reprendre une activité professionnelle ET de continuer d’allaiter exclusivement son enfant avec son lait. Comment ? En tirant son lait une fois (ou deux) par jour au travail et de donner ce(s) biberon(s) frais à la personne qui en a la garde …

Là, je me permets de vous conseiller ce site qui m’a beaucoup aidé et qui est très bien fait : des témoignages de mamans qui nous prouvent que c’est possible !, des « fiches pratiques » à remettre à l’assistante maternelle, concernant notamment la conservation du lait tiré (de ce côté-là, j’ai eu de la chance : ça ne lui a posé aucun problème mais ce n’est pas le cas de tous les modes de garde apparemment, les crèches n’appréciant pas trop à ce que j’avais pu entendre …)

Blog allaitement

Mais là aussi, il faut une bonne dose de volonté et de détermination pour y arriver et ne pas se laisser influencer par ces personnes que cela « dérange ».

Il faut aussi savoir que dans la législation, il est prévu que toute femme faisant ce choix doit bénéficier d’une pièce « décente » qui ferme à clé. Dans la réalité, c’est autre chose : dans mon cas (et je suis loin d’être la seule malheureusement …), je tirais mon lait dans les toilettes : c’était LA seule pièce de mon ancien travail qui fermait à clé !

Et là aussi, cette décision personnelle n’a pas arrangé mon retour dans la vie active …

« Si l’on m’avait dit que la maternité allait tant changer ma vie … »

L’allaitement était bien en place à 4 mois lors de la reprise du boulot, je voulais continuer d’offrir le meilleur à mon bébé, même quand il serait chez sa nounou, de « prolonger » ce lien entre nous.

Je tirais mon lait une seule fois par jour lors de ma « pause de midi » : c’était mon petit moment rien qu’à moi pendant lequel je pouvais penser à p’tit bout et « me déconnecter » du boulot qui me rongeait un peu plus au fil des semaines / mois …

En parallèle, je continuais de l’allaiter le matin avant de le déposer chez la nounou et le soir en revenant, notre « tétée retrouvaille » était sacrée – sans compter bien sûr encore une tétée avant le dodo (et bien sûr, allaitement à la demande lors de mon jour de repos et le week-end pour maintenir une lactation correcte …).

Mes deux anciennes « collègues » (considérant déjà que le fait d’allaiter n’était pas « normal » pour elles) et certains de mes responsables, ça les dérangeait beaucoup bien sûr et devaient bien tous se demander combien de lait je pouvais recueillir et à quoi cela servait de faire tout ça ! alors que ce choix, c’est le notre et que personne ne devrait avoir le droit d’y poser un « jugement » quelconque !

Cela occasionnait bien sûr de la fatigue supplémentaire (d’autant que Mister s’était remis à se réveiller plusieurs fois la nuit pour téter lors de ma reprise du travail …) mais malgré cela, j’ai réussi à poursuivre cet allaitement exclusif environ 4 mois ainsi. J’ai ensuite décidé d’écouler le lait en « stock » accumulé au congélateur car vers ses 8-9 mois, p’tit bout ne prenait plus qu’un biberon de lait chez la nounou et cela suffisait amplement.

Alors on ne va pas se mentir (et vous l’aurez compris en lisant cet article), il reste BEAUCOUP de chemin à parcourir en France pour faire évoluer les mentalités sur l’allaitement en général … et pour faire comprendre à toutes ces personnes non concernées / intéressées par ce sujet qu’il n’y a rien de « malsain » ou d’anormal à vouloir allaiter son (ses) enfant(s).

Et surtout qu’au lieu d’en parler ou de donner leur avis sur ce qu’elles ne connaissent pas, qu’elles gardent leurs pensées négatives pour elles ! car les jeunes mamans ont tout sauf besoin d’entendre des paroles autres que bienveillantes et rassurantes …

Quant aux réactions de « l’entourage », j’en ai entendu des vertes et des pas mûres comme des « Quoi ? Tu l’allaites encore ? Mais tu comptes arrêter quand au juste ? » (oui oui comme vous l’aurez compris, j’ai été particulièrement « aidé » et soutenue dans ce désir d’allaiter … 😉

Avec le recul, je dirais que cela m’a comme amusé de « déranger » quelque part, que j’avais envie d’y arriver pour bébé et pour moi et que je me suis entourée de professionnels concernés et bienveillants pour m’y aider dès le début !

Pour le reste, le mental a été primordial bien sûr car l’allaitement n’est pas de tout repos mais ces moments de « complicité » et de tendresse avec bébé sont uniques et valent la peine de persévérer !

Bon du coup, cette deuxième partie est encore plus longue que la première … Je pense donc en écrire une dernière sur la fin de l’allaitement / le sevrage pour « conclure » 😉 

Et si bien sûr d’autres questions / remarques / témoignages vous viennent à l’esprit, n’hésitez pas à en faire part en commentaires !

 

Publicités

8 réflexions au sujet de « L’allaitement : une belle aventure (La suite !) »

    1. Et pourtant, on y est malheureusement tout le temps confronté … Il faudrait que les mentalités changent par rapport à l’allaitement mais on ne voit pas assez de personnes allaiter en public, on se « cache » plutôt alors que c’est naturel que notre enfant ait faim !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s